Paroles de vignerons - Vinparleur - Winzer talk

Santa Duc : 2017 – Le millésime inattendu

Santa Duc Gigondas

Avec deux très grands millésimes en cave, la barre est haute, les attentes sont énormes en cette fin d’été 2017. Tous les yeux sont rivés sur les raisins du millésime mûrissant dans les vignes. Après un hiver clément et peu pluvieux, suivi par un été sec et chaud, l’année s’annonce particulièrement précoce. Une véritable année « de vigneron », où une multitude de facteurs peut jouer sur la qualité de la vendange : le microclimat et les orages de fin d’été, l’âge des vignes et leur enracinement, le maintient du feuillage, la nature et le travail des sols… On se doit d’être proche des vignes dans ces moments là, d’être réactifs et de garder la tête froide.

Tandis que les vendanges en Vallée du Rhône commencent avec 15 jours d’avance par rapport à la normale, nous décidons d’attendre. Les grappes sont petites et certaines baies montrent les premiers signes de concentration, surtout sur les Syrah. Coup de chance ! Fin août, début septembre, des orages tournent sur la région et apportent quelques millimètres de pluie. Ce n’est pas beaucoup, mais suffisant pour désamorcer la situation : les températures journalières baissent et les nuits redeviennent fraîches. Les vignes reprennent leur cycle physiologique habituel et continuent la maturation des raisins avec sérénité, préservant la fraîcheur, affinant les tannins.

Nous commençons les vendanges le mercredi 13 septembre. Le temps est magnifique et les raisins goûtent très bien : pellicules croquantes, chair juteuse et fraîche, pépins épicés et agréablement tanniques. Même les rafles ont eu le temps de mûrir, ce qui nous permet de jouer sur la part des grappes entières dans les cuves, selon les terroirs. Peu d’interventions dans la cave, les levures naturelles connaissent leur travail et les extractions se font en douceur.

Au début des élevages, nous osons un premier bilan : même si le millésime 2017 se montre peu généreux au niveau des quantités, il se pourrait bien que la nature nous ait donné pour la troisième fois de suite une récolte d’une qualité exceptionnelle.

Santa Duc Gigondas

Mis en bouteilles en début d’automne 2019, les vins semblent aujourd’hui confirmer notre première appréciation. En général, le millésime se distingue par sa fraicheur, sa tension et une belle puissance gustative. Un trait de caractère commun à tous les vins, variant selon les terroirs. Aboutis et jeunes, les aromatiques se montrent fruitées et pleine d’épices, agrémentées d’essences de bois et de végétal noble, ainsi que d’une certaine minéralité. Les structures tanniques sont fines et très bien intégrées, montrant du retenu et du tempérament à la fois.


1 Message


Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?


Santa Duc


Château du Cèdre


Le Clos l’Abbé


Champagne J.Vignier


Pierre Cros


Champagne Paul Lebrun


Parler vin avec les mains



| Mentions légales | Suivre la vie du site RSS